La course à pied est-elle toujours un sport abordable ?


Lorsque je regarde les concurrents sur la ligne de départ d’une course, je suis toujours étonné de la diversité que l’on peut trouver. Du joggueur au champion, du minimaliste au connecté. Tant de disparités entre les coureurs me font me poser la question. La course à pied est-elle toujours un sport abordable ?

La course à pied est probablement le sport le plus abordable du monde. Une paire de baskets, un short, un tee-shirt et vous voilà en train de courir les chemins forestiers autour de chez vous. Vous profitez de l’air frais du matin, quand les sentiers de randonnées ne sont pas encore des autoroutes à promeneurs et à cyclistes pour faire quelques kilomètres. Il n’y a que vous, vos pensées et cette trace dans la terre qui vous indique la direction dans laquelle vous allez.Vous courez pour le plaisir, sans but.Vous laissez vos pensées venir de manière totalement improvisées, voire anarchiques. Elles arrivent et disparaissent au fil de vos foulées. Vous choisissez de courir seul, ou en groupe. Vous choisissez le chemin, vous choisissez la météo, vous choisissez le temps. Vous voulez courir 30 minutes ou 3 heures ? La course à pied, c’est finalement le sport où il y a le moins de règles pré-définis. C’est vous, en laçant vos chaussures qui définissez les règles de votre sortie.

Il est le sport le plus facile à faire voyager. Vous êtes en vacances à New York, vous sortez votre paire de running de votre sac et vous partez pour une séance de 50 minutes dans Central Park. Sur la plage de Bali ? Vous pouvez courir pieds nus sur le sable. Vous êtes en déplacement professionnel toute la semaine et le soir à l’hôtel ? Pas de soucis. Vous enlevez votre cravate, enfilez votre short et la route est à vous. L’heure n’est même pas un problème. Vous pouvez courir à 6h du matin avant d’aller bosser ou à 23h après avoir couché les enfants.

Au final, courir, c’est être libre. Aucune règles, aucune contraintes de temps ni d’espaces.  C’est ça, le running.

Et pourtant, aujourd’hui, de plus en plus rares sont les coureurs qui cours « libres ». Il n’y a qu’à regarder les concurrents sur la ligne de départ. Dimanche, quand vous prenez le départ de votre 5 kilomètres, de votre marathon, ou de votre trail, analysez les coureurs autour de vous ? Combien courent avec une paire de baskets hors d’âge et un vieux tee-shirt publicitaire ?

Les runners aiment la mode et la technologie. Et depuis quelques années, le running est devenu un sport de plus en plus cher. Les marques rivalisent d’innovations, les courses deviennent colorées, électriques ou à obstacles. Votre tee-shirt publicitaire est devenu un haut de compression. Votre vieux chronomètre est devenu une montre cardio-gps. Et vos chaussures ont 10 brevets déposés pour l’amorti et les coutures.

Essayons de comprendre un peu comment nous en sommes arrivés là.

Vous courez tranquillement sur un chemin de campagne avec un collègue qui vous apprend qu’une petite course de village est organisée dans le village d’à côté. Il vous propose de la faire avec vous. Pourquoi pas ?

Après un tour chez le médecin pour votre certificat médical (23€), vous vous inscrivez à votre première course. Un 5 kilomètres (voyons modeste). 7€ d’inscription et le départ est donné. Vous vous êtes régalés. C’est bien. Vous voulez recommencer la semaine prochaine. Et c’est là où le cercle vicieux (ou vertueux) commence.

Vous changez de paire de running. Vous vous rendez en boutique spécialisée et vous vous offrez un petit bijoux. Vous vous délestez de 130€. Vous vous offrez un belle tenue assortie, avec vos couleurs préférées (le bleu pour moi). 30€ de short et 40€ de haut. Vous avez même changé vos chaussettes.

Vous participez à votre deuxième course beau comme un diable. Et vous faites un meilleur chrono (dans le meilleur des mondes). Vos entrainements sont de plus en plus long, de plus en plus préparés. Vous planifiez vos entrainements pour optimiser vos courses. De rapides recherches sur internet et vous réalisez que beaucoup de monde cours avec de la musique dans les oreilles. Sur les réseaux sociaux, vos amis partagent leurs chronos, les distances qu’ils ont parcourus, les montagnes qu’ils ont gravies. Alors vous investissez encore un peu plus. Tout d’abord dans un chrono, puis dans une montre gps puis dans une montre cardio-gps (300€). Votre téléphone devient votre DJ.

Les courses du week end ne vous plaisent plus, ou sont trop courtes. Vous cherchez de nouveaux défis. Plus longtemps, plus loin, plus fun, plus dur. Vous vous inscrivez au marathon de Paris (100€), ou à la Spartan Race (70€). Vous rêvez du semi-marathon de Disneyland Paris (70€). Vos amis vous parlent de la Color Run. Entre temps, vous vous êtes offert un paire de chaussures pour courtes distances, longues distances, trail, course à obstacle. Vous avez acheté un camelback, les manchons de compressions, et barres énergétiques.

Et finalement votre équipement et votre passion vous reviennent à une petite fortune. Ce qui était hier un sport abordable est devenu onéreux.

Je participe à une dizaine de courses chaque année, du 5 kilomètres au marathon, en passant par la course à obstacles. Je ne compte pas l’argent que je passe chaque année dans ma passion. (Heureusement, je pense que ça me ferait peur).

Conclusion :

Chaque coureur va aborder SA pratique de la course à pied de façon différente. Chaque coureur lira cet article avec SA vision de la course à pied. Certains se verront comme des coureurs « libres » et d’autres se reconnaitront dans le descriptif de mon équipement.

Si la pratique de la course à pied en elle même reste probablement le sport le plus abordable, elle peut devenir très vite onéreuse suivant les objectifs et défis que vous vous fixez. Les prix des courses et des équipements que j’ai indiqués sont forcément soumis à discussions. Il y a plus chers, il y a moins chers.

Mais je laisse à chacun le soin de faire ses propres calculs.

Captain Run

 

 

Publicités
Catégories :ActuTags:, , , ,

1 commentaire

  1. Bonjour Captain Run et merci pour cet article intéressant. Tout cela est bien réel ; il faut y ajouter une dimension peut etre plus importante, en tous cas plus universelle, et qui est que nos sociétés contemporaines sont ainsi faites que nous autres citoyens avons besoin de signes distinctifs et/ou identitaires. Nous avons autant besoin de nous démarquer que de nous fondre dans le groupe social auquel nous appartenons. Le running n’y coupe pas et l’equipement en est – a l’instar de nombreux groupes – le signe d’appartenance. Cela explique aussi – les equipementiers l’ont bien compris – que la dépense ne découle pas necessairement de la pratique mais d’abord de l’appartenance au groupe, et au sous groupe : trail, route, raid, tri, etc., dont les codes vestimentaires sont bien distincts.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :